Votre projet maison commence ici

Tous les outils pour la construction de votre future maison

Plus de 20% à économiser

Sur votre future maison avec Made in Plan
130 000 €
Maître d'oeuvre
150 000 €
Constructeur
180 000 €
Architecte
100 000 €
Made in Plan

Toutes les réponses

à vos questions

Assurances

Quelles sont les conséquences de la non-souscription d’une assurance dommage-ouvrage ?

L’assurance dommage-ouvrage a pour objectif de financer la correction des dommages et malfaçons couverts par une garantie décennale avant que le procès en responsabilité n’ai lieu. Son intérêt est donc d’éviter les lenteurs des procès en responsabilité afin de pouvoir occuper sa future maison le plus rapidement possible.

La non-souscription à une telle assurance doit donc être considérée ainsi :


  • Si aucun désordre de nature décennale ne se déclare alors évidemment tout va bien.
  • En revanche, si durant les 10 ans qui suivent la réception de votre maison et qui sont couverts par l’assurance décennale des intervenants à la construction, un sinistre grave apparait alors vous risquez de vous retrouver dans la situation suivante :
  • Une maison dangereuse à habiter voire inhabitable le temps que les responsabilités soient établies. Or, vous devez savoir qu’un procès en responsabilité construction nécessite de nombreuses expertises, implique de nombreuses contestations et actes de procédures. Un tel procès dure évidemment plusieurs années. Vous devrez donc continuer à rembourser le crédit de votre maison alors que cette dernière sera potentiellement inhabitable, vous obligeant à louer un logement par ailleurs.
  • La seule alternative positive en cas de non-souscription serait que l’un des intervenants à la construction reconnaisse rapidement sa responsabilité et accepte de faire jouer son assurance. Dans le cas contraire, vous serez entièrement soumis à la durée du procès.

La dommage-ouvrage a donc un réel intérêt en terme de sécurité, et il existe aujourd’hui sur le marché des offres d’assurance dommage-ouvrage à des prix tout à fait raisonnables.

Crédit

Comment les prêteurs apprécient-ils la part variable de rémunération d’un accédant à la propriété ?

En matière de revenus immobiliers, les revenus des emprunteurs permettent de calculer leur capacité à payer tous les mois une certaine sommes correspondant à une mensualité de remboursement de crédit. C’est sur cette base que les établissements de crédit peuvent ou non accepter d’accorder un financement et évaluer le montant de ce financement.

Sont pris en compte dans ces « revenus » : …

Ainsi, les parts variables de rémunération, intéressements et autres primes de résultats pourront être pris en compte par les banques à condition qu’elles soient régulières, relativement certaines et lissées sur l’année. Elles pourront donc participer à l’augmentation de votre capacité de remlboursement mensuel.

Attention, chaques cas est un cas particulier, et si une banque pourra refuser de prendre en comptes certaines de vos primes, une autre banque pourra les accepter. Il vous reviendra donc toujours de faire jouer la concurrence et de développer les arguments pertinents pour obtenir la meilleur offre de crédit possible. 

Terrain

Pourquoi mon notaire me parle de « frais d’acquisition » ?

Il est courant d’entendre parler de « frais de notaire ». Or, cette expression est considérée comme mal appropriée par l’Ordre des notaires au motif qu’elle laisse entendre que l’ensemble des sommes versées entre les mains des notaires au moment de la vente ou de l’achat d’un bien immobilier, sont sa rémunération. Il est vrai que seulement 10% de ce qui est appelé « frais de notaire » correspond à la rémunération du notaire, le reste des 90% étant composé essentiellement de taxes et impôts divers. Cette confusion est due au fait que le notaire est chargé par les collectivités publiques de récoltés les impôts et taxes appelés « droits de mutation ».

C’est pour cette raison que les notaires préfèrent parler de « frais d’acquisition » plutôt que de « frais de notaire ». 

Terrain

J’achète un terrain, dois-je payer les frais d’agence ?

Si pour votre achat immobilier vous passez par les services d’une agence immobilière, il est possible de déduire les frais d’agence immobilière des frais de notaire. Sur le mandat de vente établi par l’agent immobilier, il est précisé si c’est l’acheteur ou le vendeur qui paye les frais d’agence. Il faut que ce soit l’acheteur qui paye les frais d’agence. Si c’est le vendeur qui paye ces frais, demandez à l’agent de faire un mandat de recherche pour l’acquéreur en stipulant que c’est l’acheteur qui réglera les frais de l’agence. Cela ne change strictement rien pour le vendeur, qui aura toujours le même prix net vendeur, ni pour l’agent, qui aura toujours la même commission. Ainsi, en ayant la commission de l’agence à votre charge, lors de l’établissement du compromis de vente chez le notaire, vous indiquerez bien que vous payiez le prix de la maison ou de l’appartement en net vendeur et que vous payiez les frais d’agence séparément. De cette manière vous ne payerez les frais de notaire que sur le prix net vendeur et non sur le prix du bien et des frais d’agence.

Terrain

Plans

Faut-il faire ses plans avant, ou après avoir trouvé le terrain ?

Nombreux sont ceux qui, parfois dans la précipitation, se jettent sur le premier papier et le premier crayon pour tenter de dessiner le plan de leurs rêves à tout prix. Avant même d’avoir entamé les moindres démarches pour obtenir un crédit ou un terrain… À l’inverse, vous entendrez de nombreux professionnels du secteur vous affirmer sans sourciller que c’est le plan qui doit s’adapter au terrain et non l’inverse. Est-ce donc un erreur de commencer par concevoir ses plans ? 


La réponse est clairement non ! Commencer à réfléchir à vos plans est une très bonne entrée en matière : vous vous posez la question de vos besoins, de vos souhaits. Vous vous projetez avec votre conjoint et/ou votre famille. C’est déjà en soi une démarche intéressante, grâce à laquelle vous ne pourrez qu’avancer vers le plan idéal. 


Attention cependant à accepter une chose : la première version des plans que vous dessinerez n’aura sans aucun doute rien à voir avec la version finale… acceptez-le et ne vous bloquez pas sur un version précise. Car effectivement, pour pouvoir être réalisés, vos plans doivent être réalisables ! Et c’est souvent la nature, la forme, l’exposition…etc du terrain qui feront la loi et s’imposeront à vous. Vous aurez dans certaines régions où le foncier est très disponible, la possibilité de trouver le terrain adapté à vos plans, mais ceci est de plus en plus rare. Ce qui est certain, c’est que les plans que vous aurez dessinés au préalable ne doivent pas vous faire passer à côté d’une opportunité d’achat de terrain. Il existe une infinité de plans très bien adaptés à vos besoins, il suffit juste de chercher un peu 😇.


Alors, l’hésitez pas à commencer au plus tôt à imaginer et dessiner les plans de vos rêves. Ayez cependant une chose à l’esprit, des plans de maison sont évolutifs et vous n’êtes jamais à l’abris d’une idée de génie de dernière minute !

Plans

Pourquoi faut-il distinguer zone jour et zone nuit ?

En matière de conception de plans de maison, la distinction zone jour/zone nuit est courante. Parfois considérée comme un principe de base, il repose sur l’idée simple que les activités de jour sont radicalement différentes des activités de nuit et nécessitent par nature des espaces distincts. Cette séparation souvent radicale s’appuie également sur les contraintes d’orientation de la maison par rapport à l’ensoleillement : les chambres et toute la zone nuit plutôt au nord et le salon et les espaces de vie plutôt vers le sud. Une fois que cette répartition a été effectuée, il apparaît clairement une distinction entre les deux espaces. Et pour ajouter de l’intimité à l’espace nuit, un dégagement ou couloir souvent fermé, permet de circuler entre les pièces sanitaires et les chambres sans avoir à traverser la zone de jour.

Certaines exceptions existent cependant : la principale concerne la suite parentale. Elle pourra être astucieusement positionnée au sud afin de profiter dès le réveil d’une terrasse ensoleillée. Pour éviter le manque potentiel d’intimité, un dressing, une salle de bain et un wc sont ajoutés. Créant de ce fait, plus que de l’intimité, une réelle autonomie entre ce que certaines familles finiront par appeler « l’espace des parents » et celui « des enfants ».

Pour résumer, la séparation entre la zone jour et la zone nuit est un principe de base à garder à l’esprit car elle offre de nombreux avantages liés à l’intimité de chacun. Mais elle ne doit pas être vue comme une loi d’airain qui ne souffrirait d’aucune exception. Au contraire c’est dans la transgression des règles que vous trouverez l’originalité !

Voir plus de questions

Plus de 300 terrains disponibles en 2019

Dans toute la France, en quantités limitées, réservez votre terrain ici